Cuba

Mercredi 3 septembre 2014 3 03 /09 /Sep /2014 00:18

Fidel Castro compare les représentants des pays de l'Otan aux nazis

20:25 02/09/2014
BUENOS AIRES, 2 septembre - RIA Novosti

L'ex-président cubain Fidel Castro a comparé, dans un article publié lundi, les représentants des pays européens de l'Otan aux "SS nazis" de l'Allemagne hitlérienne, déclarant que la politique de l'Alliance, imposée par les Etats-Unis, la conduirait sous peu au "rebut de l'histoire".

"Personne n'a le droit de détruire les villes, de tuer les enfants, de démolir les maisons, de semer la terreur, la faim et la mort", a écrit le père de la révolution cubaine dans son message intitulé "Que la justice triomphe, ou c'est le désastre qui triomphera".

Le "comandante" rappelle que, quand après la Seconde Guerre mondiale, l'Onu a été créée, le monde "s''est rempli d'illusions", alors qu'aujourd'hui on constate qu'il s'agit bel et bien d'une "duperie colossale".

"Les problèmes d'aujourd'hui incitent à supposer l'éventualité d'une troisième guerre mondiale avec l'usage d'une arme susceptible d'en finir avec l'existence de l'humanité tout entière", met en garde Fidel Castro.

Le leader de la révolution cubaine accuse les Etats-Unis et l'Union européenne de "cynisme" et d'instrumentalisation de l'Alliance atlantique pour déclencher des guerres, ajoutant que les représentants de l'Otan lui rappelaient les unités SS de l'époque de l'Allemagne nazie.

 

Par Tourtaux - Publié dans : Cuba - Communauté : Syndicalisme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 2 septembre 2014 2 02 /09 /Sep /2014 20:16

 

Les idées justes vaincront ou ce sera la catastrophe

Le monde ne connaît aucun répit ces dernières années, surtout depuis que la Communauté économique européenne, inconditionnelle aux directives des États-Unis, a estimé le moment venu de régler ses comptes avec ce qui restait de deux grandes nations qui, inspirées des idées de Marx, avaient réalisé l’exploit de mettre fin à l’ordre colonial et impérialiste imposé au monde par l’Europe et les États-Unis.

Dans l’ancienne Russie, une révolution éclata et secoua le monde.

On attendait la première grande révolution socialiste dans les pays plus industrialisés d’Europe comme l’Angleterre, la France, l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie. Elle eut lieu en Russie, dont le territoire s’étendait à l’Asie, du nord de l’Europe au sud de l’Alaska, également territoire tsariste, vendu pour quelques dollars au pays qui, plus tard, aurait le plus intérêt à s’attaquer et à détruire la révolution et au pays qui lui avait donné naissance.

Le plus grand exploit du nouvel État fut de créer une Union capable de regrouper ses ressources et de partager sa technologie avec un grand nombre de pays plus faibles, victimes inévitables de l’exploitation coloniale. Une véritable société des nations qui respecterait les droits, la culture, les technologies et les ressources des endroits accessibles de la planète que tant d’humains aiment à visiter et à connaître ne serait-elle pas nécessaire dans le monde actuel ? Ne serait-il pas plus convenable que toutes les personnes, qui aujourd’hui communiquent en quelques fractions de secondes d’un bout à l’autre de la planète, voient dans les autres un ami ou un frère, plutôt qu’un ennemi prêt à les exterminer avec les moyens que le savoir humain lui a permis de créer ?

Convaincu que les êtres humains pourraient atteindre ces objectifs, je pense que nous n’avons pas le droit de détruire des villes, d’assassiner des enfants, de raser des maisons, de semer la terreur, la faim et la mort. Dans quel recoin du monde de tels actes seraient-ils justifiables ? Si après le massacre de la dernière guerre mondiale, le monde s’était réjoui de la création des Nations Unies, c’est parce qu’une grande partie de l’humanité l’avait imaginée poursuivant cette finalité, bien que ses objectifs n’aient pas été entièrement définis. Elle est perçue aujourd’hui comme une tromperie colossale, alors que des problèmes laissent entrevoir le possible déclenchement d’une guerre avec l’emploi d’armes qui pourraient provoquer la fin de l’existence humaine.

Il existe des individus sans scrupules qui considèrent comme un mérite leur disposition à mourir, mais surtout à tuer pour défendre des privilèges indécents.

Beaucoup de gens s’étonnent d’entendre les déclarations de certains ténors européens de l’O.T.A.N. s’exprimer avec le style et les mots de la S.S. nazie. Parfois, ils vont jusqu’à porter des costumes sombres en plein été.

Nous avons un adversaire très puissant, qui est notre plus proche voisin : les États-Unis d’Amérique. Nous l’avons prévenu que nous résisterions au blocus, même si ceci implique un coût très élevé pour notre pays. Il n’y a pas de prix plus cher à payer que de capituler devant l’ennemi qui vous agresse sans raison ni droit. Telle était la conviction d’un petit peuple isolé. Les autres gouvernements de cet hémisphère, à de rares exceptions près, avaient rejoint le puissant et influent Empire. Il ne s’agissait pas d’une attitude personnelle, c’était le sentiment d’une petite nation qui, depuis le début du siècle, était la propriété politique et économique des États-Unis. L’Espagne nous avait cédés à ce pays après environ cinq siècles de colonialisme, et un nombre incalculable de morts et de dégâts matériels dans notre lutte pour l’indépendance.

L’Empire s’était réservé le droit d’intervenir militairement à Cuba en vertu d’un amendement constitutionnel perfide imposé à un Congrès impuissant et incapable de résister. En plus d’être propriétaires de presque tout à Cuba : terres abondantes, grandes exploitations sucrières, mines, banques, et de s’être octroyés jusqu’à la prérogative d’imprimer notre argent, ils nous interdisaient de produire les graines alimentaires nécessaires pour nourrir la population.

Lorsque l’Union soviétique s’est désintégrée avec le camp socialiste, nous avons continué à résister et, ensemble, l’État et le peuple révolutionnaires, nous avons continué dans notre voie indépendante.

Je ne souhaite toutefois pas dramatiser cette modeste histoire. Je préfère plutôt souligner que la politique de l’Empire est si dramatiquement ridicule qu’il ne tardera pas à basculer dans les poubelles de l’histoire. L’Empire d’Adolf Hitler, inspiré par la cupidité, est entré dans l’histoire sans autre gloire que le souffle apporté aux gouvernements bourgeois et agressifs de l’O.T.A.N., devenus la risée de l’Europe et du monde, avec l’euro, qui, comme le dollar, ne tardera pas à devenir du papier mouillé, appelé à dépendre du yuan et des roubles face à la puissance économique de la Chine associée à l’énorme potentiel économique et technologique de la Russie.

Le cynisme est devenu le symbole de la politique impériale.

Nul n’ignore que John McCain a été le candidat républicain aux élections de 2008. Il avait fait la une de l’actualité lorsque, à l’époque où il était pilote, son avion avait été abattu alors qu’il bombardait la ville très peuplée de Hanoi. Son appareil fut touché sur la ville par une roquette vietnamienne et s’abîma dans un lac situé aux environs de la capitale.Un ancien soldat vietnamien à la retraite, qui gagnait sa vie à proximité, assista au crash et, voyant le pilote blessé tenter de s’extraire de l’appareil, se porta à son secours. Pendant que le vieux soldat s’affairait à aider le pilote, un groupe d’habitants de Hanoi qui avait subi les attaques aériennes accourait pour régler son compte à cet assassin. Le soldat réussit à persuader les habitants de ne pas s’en prendre à lui, vie d’un prisonnier devant être respectée. Les autorités nord-américaines plaidèrent également pour qu’aucune action ne soit entreprise contre le pilote.

Outre les normes vietnamiennes relatives au respect des prisonniers, le pilote était le fils d’un amiral de la marine des États-Unis qui avait joué un rôle de premier plan durant la Seconde guerre mondiale et occupait toujours une haute fonction.

Les Vietnamiens avaient capturé une grosse huile lors de ce bombardement, et comme il est logique, dans la perspective des inévitables pourparlers de paix devant mettre un terme à cette guerre injuste qui leur était imposée, ils nouèrent une amitié avec lui, qui n’était que trop content de pouvoir tirer tout le profit possible de cette aventure. Ceci, bien entendu, ne m’a pas été raconté par un Vietnamien à qui je n’aurais certainement pas posé la question. Je l’ai lu et c’est conforme à certains détails qu’il m’a été donné de connaître plus tard. J’ai aussi lu un jour que Mr McCain avait écrit qu’étant prisonnier au Vietnam, lors d’une séance de torture qu’on lui avait fait subir, il avait entendu des voix s’exprimer en espagnol, conseillant les tortionnaires sur ce qu’ils devaient faire et comment le faire. D’après McCain, il s’agissait de cubains. Il n’y a jamais eu de conseillers militaires cubains au Vietnam. Les militaires de ce pays sont les mieux placés pour conduire leur propre guerre.

Le général Giap était l’un des plus brillants chefs de notre temps. Lui qui parvint à repérer les canons dans une jungle inextricable et abrupte à Dien Bien Phu, ce que les militaires yankees et européens jugeaient impossible. Ces canons leurs permettaient de tirer de tellement près qu’il était impossible de les neutraliser sans que leurs bombes nucléaires n’affectent également les envahisseurs. D’autres mesures pertinentes, difficiles et complexes, furent utilisées pour imposer une capitulation honteuse aux forces européennes encerclées.

Ce renard de McCain tira tout le profit possible des défaites militaires de l’invasion nord-américaine et européenne. Nixon ne pouvait pas convaincre son conseiller à la sécurité nationale, Henry Kissinger, d’accepter l’idée, suggérée par le président lui-même, alors que, dans un moment de détente, il s’exclamait : « Pourquoi ne pas lancer une de ces petites bombes, Henry? ». La vraie bombe explosa lorsque les hommes du président essayèrent d’espionner ses opposants. Ceci, par contre, était intolérable !

Malgré cela, l’aspect le plus cynique de Mr McCain est sa performance au Proche-Orient. Le sénateur McCain est l’allié le plus inconditionnel d’Israël dans les agissements criminels du Mossad. Une chose que même ses pires adversaires n’auraient pu imaginer. McCain a rejoint ce service lors de la création de l’État islamique, qui s’est emparé d’une considérable partie vitale de l’Irak – d’après ce qu’on dit, un tiers du territoire de la Syrie. Cet État peut compter sur des ressources multimillionnaires et menace l’Arabie saoudite et d’autres États de cette région complexe qui fournit la plus grande part du combustible mondial.

Ne serait-il pas préférable de s’efforcer de produire plus de nourriture et de produits industriels, de construire des écoles et des hôpitaux pour les milliards d’êtres humains qui en ont désespérément besoin, de promouvoir l’art et la culture, de lutter contre les maladies massives entraînant la mort de plus de la moitié des patients, à créer des emplois dans le secteur de la santé et des technologues qui pourraient éliminer des maladies telles que le cancer, l’Ébola, le paludisme, la dengue, le chikungunya, le diabète et d’autres encore qui affectent les fonctions vitales des êtres humains ?

S’il est possible aujourd’hui de prolonger la vie, la santé et le temps utile des personnes, il est parfaitement possible de planifier le développement de la population en fonction de la croissance de la productivité, de la culture et du développement des valeurs humaines. Qu’attendent-ils pour le faire ?

Les idées justes vaincront ou ce sera la catastrophe.

Fidel Castro Ruz

Le 31 août 2014 - 22h25.

Par Tourtaux - Publié dans : Cuba - Communauté : Syndicalisme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 2 septembre 2014 2 02 /09 /Sep /2014 19:17

 

CORRÈZE-CUBA-ESTRELLA

18 rue des Lauriers

19200 Ussel

 

 

Le 2 septembre 2014

 

 

Chers adhérentes et adhérents,

 

 

Muriel Dichamp, notre présidente, arrive de Cuba, où elle travaille depuis deux ans, le samedi 13 septembre. Le Bureau de l'association vous propose deux rendez-vous avec elle :

-le premier, pour une conférence ouverte à tous ceux que le sujet intéresse, le jeudi 18 septembre à Tulle, au Centre culturel et sportif, avenue Alsace-Lorraine, salle Afrique, à 17 heures. Le thème choisi est : « Vivre à Cuba » ;

-le deuxième, le vendredi 19 septembre, à Saint-Martin la Méanne, salle Maryse Combe (salle du Cantou, près du Foyer rural et de l'Eglise) : tous les adhérents sont invités à une rencontre avec Muriel, à partir de 16 heures 30...

Nous y ferons aussi le point sur les activités de l'été, et sur nos projets futurs. Toutes les suggestions sont bienvenues.

A 20 heures, toujours à Saint-Martin la Méanne, en collaboration avec « Peuple et Culture », a lieu la projection du documentaire « Le rideau de sucre » : le film a été réalisé en 2006. Son auteure, dont les parents avaient fui le coup d'état de Pinochet au Chili, a passé son enfance à Cuba ; elle vit depuis de nombreuses années en France, et est revenue filmer les lieux de son enfance.

Avant la projection du film, le Bureau vous propose un casse-croûte pris en commun : chacun apporte un petit « quelque chose », et nous partageons...

 

Bien amicalement à tous.

 

Christiane Combe (05 55 29 28 67)

 

 

PS : Muriel repart début octobre pour Cuba. Elle voudrait y emporter des morceaux de tissu, des pelotes de laine, pour fabriquer des marionnettes : donc, si vous avez des chutes de feutrine ou d'autres tissus colorés ou de la laine, apportez-les le vendredi 19. Il lui faudrait aussi des pinceaux, mais peut-être vaut-il mieux que ce soit l'association qui les achète avec elle ?

 

Par Tourtaux - Publié dans : Cuba - Communauté : Syndicalisme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 1 septembre 2014 1 01 /09 /Sep /2014 11:12

 

Monsieur le Président Obama Le premier septembre 2014.

The White House

1600 Pennsylvania Avenue N.W.

Washington DC 20500 (USA)





Monsieur le Président,







Quand vous recevrez cette lettre, nous ne serons pas loin du 12 septembre, date du seizième anniversaire de l’arrestation à Miami des cinq cubains Gerardo Hernández, Antonio Guerrero, Ramón Labañino, Fernando González et René González.

Si les deux derniers ont purgé depuis peu leur peine, les trois premiers sont toujours en prison dans votre pays.

Dans le monde entier des citoyens et des organisations respectueuses des droits de l’homme se mobilisent pour demander leur libération.

Le quatre juin dernier, aux Etats-Unis, le « Centre des Droits de l’Homme et de la Loi Constitutionnelle » remettait au Ministre de la Justice Eric Holder, et à vous même, Monsieur le Président, un rapport très complet sur l’affaire des Cinq.

Dans ce dossier, concernant la tragédie des petits avions de l’organisation « Brothers to the Rescue » (BTTR), pour laquelle Gerardo Hernández est condamné à deux perpétuités plus quinze ans, on peut y lire en conclusion, page 18 :

« Après que les avions aient été abattus, la FAA a enlevé à Basulto sa licence de pilote en raison de son comportement; la FAA a trouvé que les opérations irresponsables commises par Basulto le 24 février 1996 ont contribué à la mort des quatre membres de BTTR.

En résumé, l’examen détaillé des faits ci-dessus montre que Gerardo Hernández n'a eu aucun rôle concernant ce qui est arrivé à ces avions. Il n'a pas incité les avions de la BTTR à voler le 24 février. Il ne savait ni s’ils voleraient ce jour-là ni quand ils allaient voler, ni combien d'avions voleraient. Hernández ne faisait pas partie de la chaîne de commandement impliquée dans la décision d'abattre les avions de BTTR. C’est le gouvernement américain (et non Hernández) qui a averti Cuba du décollage des avions de BTTR. Le gouvernement américain observait sur plusieurs radars les événements qui se déroulaient. C’est le gouvernement américain et non Hernández qui a mis en demeure les avions de BTTR de quitter la zone où ils volaient, après avoir observé des intercepteurs cubains dans les airs. »

Quant à la conclusion générale de ce long rapport, elle se termine en ces termes:

« Pour toutes ces raisons, l'affaire des cinq Cubains doit maintenant prendre fin en libérant les trois des cinq membres qui continuent à purger une longue peine dans des prisons américaines, en leur permettant de rentrer chez eux et retrouver leurs familles à Cuba. Du point de vue de la justice et de la politique étrangère raisonnable, ce serait la mesure rationnelle, morale et humaine à prendre, pour mettre fin à cette affaire qui dure depuis seize ans. »

Monsieur le Président, suivez le sage conseil des membres du « Centre des Droits de l’Homme et de la Loi Constitutionnelle » qui ont établi ce rapport, et libérez les trois Cubains toujours en prison. Seize années d’enfermement pour des hommes innocents, c’est déjà beaucoup trop, les Etats-Unis leur ont volé leur jeunesse.

Recevez, Monsieur le Président, l’expression de mes sentiments humanistes les plus sincères.









Jacqueline Roussie

64360 Monein (France)













Copies envoyées à: Mesdames Michelle Obama, Nancy Pelosi, Kathryn Ruemmler et à Messieurs. Joe Biden, John F. Kerry, Rand Beers, Harry Reid, Eric Holder, Denis MacDonough, Neil Eggleston, Rick Scott, et Charles Rivkin, ambassadeur des Etats-Unis en France.

Par Tourtaux - Publié dans : Cuba - Communauté : Syndicalisme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 30 août 2014 6 30 /08 /Août /2014 20:09

 C U B A

La Havane. 29 Août  2014

Les universités prêtes pour la rentrée


Lissy Rodriguez Guerrero


 

Les moyens essentiels pour la prochaine année scolaire sont disponibles, a-t-on appris lors d’une réunion des recteurs des 22 universités cubaines et des dirigeants du ministère de l’Enseignement supérieur (MES), dont le ministre Rodolfo Alarcon Ortiz.

Environ 100 000 étudiants sont attendus dans les universités, et plus de 12 000 professeurs assureront les cours avec une qualité supérieure, compte tenu de l’augmentation des catégories scientifiques et professionnelles.

Les interventions des recteurs ont porté principalement sur la formation des enseignants, la disponibilité du matériel de consultation et bibliographique, le renouvellement et la réparation des installations, entre autres, soulignant que certains problèmes de construction et d’autres liés au transport et à l’infrastructure technologique restent encore à résoudre.

 

Par Tourtaux - Publié dans : Cuba - Communauté : Syndicalisme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 27 août 2014 3 27 /08 /Août /2014 20:44

 n o t r e   a m e r i q u e

La Havane. 26 Août 2014

 

20e FORUM DE SAO PAULO

 
Cuba défend en Bolivie la viabilité du socialisme face à la crise mondiale

LA PAZ.- La délégation cubaine qui participe au 20e Forum de Sao Paulo défendra la viabilité du socialisme face à la crise du capitalisme, système générateur de violence, d’instabilité, de mécontentement et d’insécurité dans nombre de pays de la planète.

Idalmis Brooks, secrétaire du département des relations internationales du Comité central du Parti communiste cubain, à déclaré à l’agence Prensa Latina que nous assistons aujourd’hui à une recomposition de la carte mondiale provoquée par les intérêts des grandes puissances depuis les débuts de la récession.

 

 

 

Par Tourtaux - Publié dans : Cuba - Communauté : Syndicalisme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 27 août 2014 3 27 /08 /Août /2014 11:54

Associated Press révèle un plan de déstabilisation d’USAID contre Cuba

 Par F. Delorca 

 

 

 

Le 4 août,  Associated Press a révélé l’existence d’un plan américain de l’agence gouvernementale USAID [ONG qui sert de paravent à la CIA -NDLR] visant à renverser le régime cubain.

Cette opération clandestine a consisté à envoyer des jeunes en provenance du Venezuela, du Pérou et du  Costa Rica sur des campus universitaires de l’île sous couvert d’y organiser des ateliers sanitaires de prévention du VIH et identifier des leaders potentiels d’une alternative au régime communiste. Le jour même de la publication de la dépêche, l’administration Obama a reconnu la double dimension de ce projet. Les jeunes recevaient 5,41 dollars de l’heure pour cette mission et devaient rendre compte de leur mission toutes les 48 heures. S’ils sentaient que les services cubains les espionnaient ils devaient dire « j’ai mal à la tête » et le projet était suspendu. Comme le note l’intellectuel argentin Atilio Boron, on imagine ce qu’il se passerait si l’Iran ou l’Afghanistan payaient des jeunes pour organiser la sédition aux Etats-Unis sous couvert de faire de la prévention sanitaire sur les campus universitaires.


125px-Flag-of-Cuba-svg.png

En avril AP avait aussi révélé l’existence d’un réseau de SMS appelé ZunZuneo spécialement créé par USAID pour Cuba, et utilisé par 40 000 Cubains qui ignoraient que ce réseau servait à l’enregistrement de données et au déclenchement d’un « printemps cubain ». Pour ce faire USAID et l’entreprise privée Creative Associates International avaient obtenu 500 000 numéros de téléphones mobiles cubains puis le réseau avait été mis en ligne, grâce à une société-écran en Espagne et des fonds dissimulés aux îles Caïman. Les Etats-Unis ont dépensé 1,6 million de dollars avant de finalement abandonner ce projet en 2012.

 

 F. Delorca -  26 août 2014


Source: Le blog « Atlas alternatif » 

 

 


Par Tourtaux - Publié dans : Cuba - Communauté : Syndicalisme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 22 août 2014 5 22 /08 /Août /2014 17:13

RÉVOLUTION – La fille de Raul Castro vote « non » à l’Assemblée cubaine

Mariela Castro Espin, le 23 mai 2012 à San Francisco. ERIC RISBERG / AP.

Mariela Castro Espin, le 23 mai 2012, à San Francisco. ERIC RISBERG / AP.

Fait assez rare pour être souligné : une députée cubaine a voté contre un texte de loi. D'autant plus qu'il ne s'agit pas d'une parlementaire lambda, mais de Mariela Castro Espín, la fille du chef de l'Etat, Raul Castro, et nièce du leader de la révolution cubaine, Fidel Castro.

De mémoire d'experts, depuis la création de l'Assemblée du pouvoir populaire, les mains des 612 députés se sont toujours levées lors des deux votes annuels. "Même les mesures très critiquées dans les réunions publiques, comme la loi repoussant l'âge du départ à la retraite, étaient passées à l'unanimité", raconte l'historien et ancien diplomate cubain Carlos Alzugaray, à l'agence Associated Press.

La fille du président de l'île des Caraïbes s'est opposée à un projet de loi relatif au droit du travail, car elle trouvait qu'il n'allait pas assez loin en termes de lutte contre les discriminations dont sont victimes les personnes séropositives ou transsexuelles.

Le nouveau code du travail cubain interdit la discrimination fondée sur le sexe, la race ou l'orientation sexuelle, mais ne fait pas mention de la séropositivité ou du genre, ce que regrette Mariela Castro Espín, députée et directrice du Cenesex, le Centre national d'éducation sexuelle de Cuba. "Je ne pouvais pas voter en faveur d'un texte qui ne reconnaissait pas explicitement les droits des personnes avec des identités de genre différentes de la norme", a-t-elle déclaré dans une interview publiée sur le blog du militant cubain pour les droits des lesbiennes, gays, bi et trans Francisco Rodriguez.

"La nouvelle ne s'était pas ébruitée dans Cuba au moment du vote, qui s'est tenu le 20 décembre 2013", explique The Guardian, reprenant les informations d'Associated Press. Mais il y a quelques semaines, des militants locaux pour les droits des homosexuels ont rendu public le vote négatif de Mariela Castro.

Mariela Castro, l'une des figures de la défense des droits des homosexuels sur l'île, a fait part de sa volonté de légaliser les mariages de personnes de même sexe. Pour le moment, aucune loi n'a encore été votée. Mais il y a quelques années, "Fidel Castro a exprimé ses regrets sur la façon dont étaient traités les homosexuels par le passé à Cuba. Et aujourd'hui, le système de santé universelle de l'île couvre les opérations de changement de sexe", relate The Guardian.

Pour le quotidien britannique, le fait "que les droits des LGBT soient un sujet de débat montre que les choses ont changé sur l'île depuis les années 1960 et 1970, où les homosexuels étaient harcelés et parfois envoyés en camps de travail".

La députée, elle, semble désirer que son geste mène à davantage de débat au sein des institutions : "Je crois que nous devons encore améliorer la participation démocratique des représentants au sein de l'Assemblée", a-t-elle admis sur le blog de Francisco Rodriguez.

Reçu de Michel Fort
Par Tourtaux - Publié dans : Cuba - Communauté : Syndicalisme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 22 août 2014 5 22 /08 /Août /2014 16:43

 

L'association "Corrèze-Cuba-Estrella" sera présente à Favars, le 30 août

 

 

L'association "Corrèze-Cuba-Estrella" était présente à Pradines le 17 août, (notre photo). Elle sera à Favars, le 30 août, à la Fête de la Croix Rouge, pour présenter ses activités passées (voyage à Cuba en 2014, actions de solidarité), et ses projets: le mercredi 17 septembre à Tulle, à 14 h au Centre Culturel et sportif, conférence de Muriel Dichamp, de retour de Cuba, qui parlera de son expérience; le 19 septembre à Saint-Martin la Méanne projection d'un film, en collaboration avec Peuple et Culture et en présence de Muriel Dichamp; le 23 septembre, tirage de la tombola de l'été... Rappelons qu'un voyage à Cuba en mai 2015 peut avoir lieu s'il y a suffisamment de participants !
 


Par Tourtaux - Publié dans : Cuba - Communauté : Syndicalisme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 21 août 2014 4 21 /08 /Août /2014 14:11

ROUTE POUR UNE HISTOIRE

 

Projet socio culturel communautaire

 

Ce projet a été inauguré le 26 novembre 2013 avec comme objectif fondamental de promouvoir l’histoire de la communauté de Mella et de la grande tradition d’art naïf liée à ce territoire et développée par les nouvelles générations.

Dans ce but, a été créé l’atelier de peinture pour les enfants qui se tient tous les dimanches, de 9h à 11h et, chaque mois, est organisé un salon ou sont exposées et récompensées les meilleures oeuvres réalisées. De plus, des peintures murales sont exécutées de manière totalement bénévole, dans le but de contribuer à l’embellissement esthétique de la communauté, les thèmes s’inspirant de l’histoire communautaire et d’œuvres créées par les enfants.

Le travail du collectif de peintres naïfs a contribué à regrouper tous les peintres de la région orientale et, ainsi, assurer et développer la promotion de ce style de peinture.

Les visiteurs, groupes ou individuels, attirés par ce projet, peuvent désormais venir admirer des œuvres de 35 artistes, de toutes générations et de toutes les provinces orientales, voir les expositions des œuvres des enfants, ainsi que les fresques murales réalisées.

 

Sur demande, le collectif peut assurer, au cours des visites, un repas typique pour 7 cuc, qui se composera d’une entrée, un plat traditionnel (porc, mouton, poulet, avec congris), des légumes ou féculents, salade et dessert, lait de noix de coco, suivi d’un café.

     Cette activité annexe contribuera au développement communautaire et à ce projet socio culturel.

 

Pour tous contacts, s’adresser à Luis Joaquin Rodriguez Ricardo (Luis el estudiante)

Mail : luis.el.estudiante@gmail.com

Par Tourtaux - Publié dans : Cuba - Communauté : Syndicalisme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Septembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
<< < > >>

Liens

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés