Le président du Venezuela Nicolas Maduro a accusé jeudi l’opposition de vouloir lancer « une guerre bactériologique », et la presse de « terrorisme psychologique » pour avoir mentionné l’apparition supposée d’une nouvelle maladie inconnue.

« Nous suspectons que (la) droite prétendait lancer un genre de virus à l’hôpital central de Maracay ou je ne sais où, et qu’ils avaient préparé un plan », à l’image de ces « guerres bactériologiques menées dans le monde », a-t-il lancé lors d’une allocution radio-télévisée.

Dans le même temps, M. Maduro a nié qu’une « maladie inconnue » soit à l’origine d’une série de décès la semaine dernière dans cet hôpital, à une centaine de kilomètres à l’ouest de Caracas.

Il a ensuite accusé de « terrorisme psychologique » les médecins et médias qui ont relayé l’information, révélant avoir saisi la procureure générale du pays pour entamer des poursuites à leur encontre.

La semaine dernière, des médecins liés à l’opposition ont affirmé que huit adultes et enfants avaient trouvé la mort à l’hôpital de Maracay alors qu’ils présentaient des symptômes fébriles, accompagnés d’éruptions cutanées, de douleurs articulaires et d’hémorragies.

L’information avait été reprise par certains médias locaux et étrangers.

Les autorités ont attribué ces décès à des péritonites ou des empoisonnements par des plantes, dans l’attente de résultats d’analyses afin de savoir si ces patients étaient atteints du chikungunya ou de la dengue.