Mercredi 7 novembre 2012 3 07 /11 /Nov /2012 20:55

 

L'ALLEMAGNE D'A. MERKEL : UN PAYS RICHE PEUPLE DE PAUVRES OU LES PROFITS SONT RECORDS POUR UNE POIGNEE DE NANTIS, DES BAS SALAIRES, LA PRECARITE GALOPANTE ET LA SOUPE POPULAIRE POUR LES TRAVAILLEURS

Reprise de l'article que j'ai publié le 29 octobre 2012 suite à l'envoi ci-dessous d'une allemande qui survit ou tente de le faire à cause de l'austérité galopante qu'Angela MERKEL, fait subir au peuple allemand.

Bonsoir Monsieur Tourtaux

Moi (une Allemande qui a vécu pendant 8 ans en France), j’ai lu votre article avec photo « L’Allemagne d’A. Merkel : Un Pays riche peuple de … » avec
enthousiasme. Heureusement, vous ne faites pas les choses à moitié – par rapport au journal d’info 20h00 à la télé. Voilà, ces jolies Modifications qui servent à embellir la réalité. Bravo !!

J’affirme que les choses y sont encore pires. Mettez-vous cela en tête, et tenez les Français au courant de la misère de l’autre côté du Rhin. Il faut ouvrir les yeux, de nos jours.
C’est pourquoi je vous donne une copie ci-jointe du montant fixé du RMI, sous le nom de Hartz IV … le plus grand scandale de toute une époque. Les gens n’arrivent plus à joindre les deux bouts du mois, grâce à Merkel et sa politique de m… .

Voilà, c’est certes très intéressant de savoir … – particulièrement la somme versée est de 1,45 euros pour la culture générale et la formation. C’est au-dessous de tout !!
Je vous serais reconnaissant si vous pouvez ajouter quelques mots à propos des faits, dans une autre article. Parlez de « notre douleur » au public. C’est votre ouvrage qui peut changer la précarité du travail en Allemagne. Merci beaucoup.

Amicalement, Heike

PS : Je vous traduit vite quelque mots, pour comprendre mieux la feuille ci-jointe :

Nahrung, alkoholfreie Getränke la nourriture, des boissons sans alcool
Freizeit, Unterhaltung, Kultur les loisirs, le divertissement
Nachrichtenübermittlung téléphone, Internet, la Poste
Bekleidung, Schuhe les vêtements, les chaussures
Wohnen, Energie l’électricité, Traitement appartement
Innenausstattung, Haushalt l’aménagement intérieur, les appareils techniques
Dienstleistungen la voiture, le coiffeur etc.
Verkehr le transport (Train, Bus …)
Gesundheitspflege la santé
Restaurant/Hotel le restaurant, l’hôtel
Bildung la culture générale et la formation

 

Regelbedarf ab dem 01.01.2012 sowie 01.01.2013 – Hartz IV

Anteil am Regelbedarf in % von der RL in € von der RL

2012 2013

Nahrung, alkoholfreie Getränke 132,77 € 135,61 €

Freizeit, Unterhaltung, Kultur 41,29 € 42,17 €

Nachrichtenübermittlung 33,02 € 33,73 €

Bekleidung, Schuhe 31,42 € 32,09 €

Wohnen, Energie, Wohninstandhaltung 31,27 € 31,94 €

Innenausstattung, Haushaltsgeräte 28,35 € 28,96 €

andere Waren und Dienstleistungen 27,38 € 27,96 €

Verkehr (Zug, Bus etc. ...) 23,56 € 24,07 €

Gesundheitspflege 16,08 € 16,43 €

Beherbergung- und Gaststätten 1,7,41 € 7,56 €

Bildung (0,38% ) 1,42 € 1,45 €

Gesamt* 100% 374,00 € 382,00 €

Quelle: http://www.hartz-iv.info/ratgeber/regelbedarf.html

Merci amie allemande, pour toutes ces informations qui, grâce à de tels témoignages, permettent de faire éclater des vérités qui dérangent et seraient restées, sans aucun doute, dans l'oubli car, c'est bien connu, les peuples ne peuvent se référer à l'information médiatique, véritable fléau-carpette, entièrement aux mains des milliardaires, dans le but de se maintenir aux commandes d'Etats à leurs bottes, en formatant et intoxiquant de leur venin, les peuples hélas non encore affranchis des dangers que recellent pour eux le monstrueux capitalisme.

Jacques Tourtaux

Militant communiste sans carte

  

L'Allemagne, pays riche peuplé de pauvres : profits records mais bas salaires, précarité et soupe populaire pour les travailleurs

deutschetafel.jpgL'Allemagne, pays riche peuplé de pauvres : profits records mais bas salaires, précarité et soupe populaire pour les travailleurs

 

 

Légende, cas d'une cantine sociale (« Deutsche Tafel ») en Allemagne



Traduction MA pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/





Une étude récente du Ministère du Travail allemand reconnaît officiellement l'aggravation drastique des inégalités dans le pays au cours des 30 dernières années, en particulier dans les deux dernières décennies.



L'étude, de 500 pages, intitulée « Richesse et pauvreté », montre que l'Allemagne est l'un des pays où le transfert de richesses du travail vers le capital a été le plus prononcé, générant des inégalités sociales atteignant un niveau inédit jusqu'alors



Ainsi, en seulement 20 ans, les actifs privés (le patrimoine privé) ont plus que doublé, passant de 4 600 milliards d'euros à 10 000 milliards.



Or, comme l'observe le correspondant du journal espagnol la Vanguardia, Rafael Poch, si l'on divise ce montant colossal par les 40 millions de ménages allemands, chacun recevrait une petite fortune de 250 000 euros.



Cependant, on ne parle pas de redistribution mais bien au contraire une concentration croissante. Dans le détail, les statistiques fédérales, pour 2008, montrent que 53% des actifs privés étaient entre les mains de 10% des allemands les plus fortunés. Les 46 autres % du patrimoine privé sont détenus par 40% de la population, tandis qu'il ne reste qu'1% des actifs pour la moitié des allemands.



Dix ans auparavant, en 1998, la moitié la plus pauvre de la population possédait encore 4% des actifs privés et les 40% de la population juste au-dessus,, 52% des richesses. Dans la période suivante, seuls les 10% les plus riches sont parvenus à accroître leur richesse, au prix de la paupérisation de l'immense majorité de la population.



Cette évolution s'est poursuivie, selon ce que révèlent les chiffres de 2011, on constate que les 10% les plus riches détiennent déjà 66% du capital.



Mais même parmi cette minorité, les différences sont abyssales. Ainsi, seulement 0,1% de la population de plus de 17 ans contrôle 22,5% des actifs, 0,9% détient 11,3% de la richesse et les 9% les plus riches restants se répartissent 30% du capital.



La partie intermédiaire (40% de la population) a vu sa part se réduire à 32% de la richesse tandis qu'il ne reste plus que 1,2% pour l'autre moitié de la population.



Gel des salaires, explosion des profits



Pour certains hommes politiques et observateurs, cités dans ce même journal, l'aggravation des inégalités ces dix dernières années est la conséquence d'une politique de gel des salaires, au même moment où les profits des grandes entreprises ont plus que doublé.



L'intensification de l'exploitation fut, en grande partie, actée par l'ensemble de lois connues sous le nom de Hartz IV, qui défendaient une politique de bas salaires et la généralisation de la précarité du travail. Dans le même temps, les revenus les plus élevés bénéficiaient d'exonérations fiscales depuis le début du siècle.



Les entreprises, par exemple, ont vu leur taux d'imposition baisser de 51%, à l'époque du conservateur Helmut Kohl, à 29,6%(dans les faits 22%), au moment des coalitions social-démocrates/verts (1998-2005).



Le résultat est visible : si dans les années 1980 l'Allemagne était un des pays avec le pourcentage le plus faible de bas salaires (14%), aujourd'hui, le taux d'emplois précaires, toujours mal payés, s'élève à 25%, comparable aux chiffres relevés aux États-Unis.



Avec ces politiques favorables au capital, les femmes sont les premières à souffrir. Des chiffres récents issus des statistiques fédérales indiquent que, en Allemagne, les femmes gagnent en moyenne 22% de moins que les hommes, la différence étant plus forte encore dans les postes de direction, où elles gagnent un tiers moins que ce que gagnent les hommes, et moins perceptible dans les emplois administratifs non-qualifiés, où la différence est de 4%.



Les soupes populaires ne connaissent pas la crise



Les chiffres officielles indiquent l'existence en Allemagne de 13 millions de pauvres, mais cette couche de la population augmente de jour en jour, comprenant chômeurs, personnes âgées, mais aussi travailleurs précaires, dont les salaires ne leur permettent pas de vivre et les contraignent à avoir recours à des organisations de bienfaisance.



Une de ces organisations, Deutsche Tafel, a révélé que ses centres ont déjà aidés 200 000 personnes dans le besoin en plus cette année, par rapport à 2011.



La même organisation affirme qu'au moins 1,5 million de personnes qui fréquentent les cantines sociales en territoire allemand.



La Deutsche Tafel a plus de 20 années d'activité, offrant gratuitement des produits alimentaires récupérés de restes de super-marchés et de boulangeries.



Selon son président, Gerd Häuser, « la politique de lutte contre la pauvreté a été un échec en Allemagne ». Aujourd'hui, « avoir un travail ne signifie plus être protégé contre la pauvreté ».

 

Source: Avante, organe du PC Portugais

 


Lundi 29 octobre 2012

Commentaires

Les allemands ne sont pas mieux lotis que les autres et pourtant Merkel fait beaucoup de moulinets dans le vide.
Commentaire n°1 posté par Babeuf le 29/10/2012 à 14h04
Merkel s'agite beaucoup mais, pour le peuple allemand, il n'y a que du vent. Comme partout ailleurs dans l'UE, le seul bénéficiaire est le grand capital.
Commentaire n°2 posté par Tourtaux le 29/10/2012 à 15h32
Par Tourtaux - Publié dans : Europe - Communauté : Un PCF de lutte des classes !
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Septembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
<< < > >>

Liens

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés