Vendredi 22 août 2014 5 22 /08 /Août /2014 23:25

 

 
 
Ziad Medoukh
En direct de Gaza
Vendredi 22 août 2014
Il est 24 h à Gaza
En direct de Gaza
Vendredi 22 août 2014
Il est 24 h à Gaza
Ziad Medoukh

Quarante –sept jour de l’offensive militaire israélienne sur la bande de Gaza
L’armée israélienne poursuit ses bombardements et ses attaques sanglantes sur la bande de Gaza ce vendredi 22 août 2014.
L’aviation israélienne a mené plus de 30 raids depuis ce matin.
Quelle horreur !
15 morts dont trois enfants, deux femmes et une personne âgée partout dans la bande de Gaza.
65 blessés dont 13 enfants et 16 femmes
10 maisons détruites
Une mosquée détruite dans la ville de Gaza
2 puits d’eau détruits
Une usine détruite
Deux fermes agricoles détruites au centre de la bande de Gaza
Un cimetière bombardé au nord de la bande de Gaza
Le port de Gaza visé
Beaucoup de terrains agricoles visés
Quelle horreur !
Destruction massive dans la bande de Gaza : habitations, routes, bâtiments, écoles, universités, cimetières, fermes, infrastructures civiles, usines et terres agricoles.
Quelle barbarie !
Et ça continue !
Le bilan s’alourdit au quarante-septième jour de l’offensive militaire israélienne contre la bande de Gaza et sa population civile :
- 2092 morts palestiniens jusqu’à cette heure-ci, dont 560 enfants, 265 femmes et 110 personnes âgées suite à des bombardements israéliens en quarante-sept jours.
- -10432 blessés lors de ces bombardements aveugles de l’armée de l’occupation israélienne, dont 1997 femmes, 434 personnes âgées et 3190 enfants
-Plus de 7790 raids israéliens en quarante-sept jours partout dans la bande de Gaza
C’est terrible !
Devant le silence d’une communauté internationale officielle complice
Et devant des médias qui occultent cette réalité meurtrière dans la bande de Gaza.
Gaza sera toujours debout !
Gaza résiste, Gaza existe et Gaza persiste !
Palestine vivra, Palestine vaincra !
Amitiés de Gaza sous les bombes
Ziad
 
Photo de Ziad Medoukh.
Photo de Ziad Medoukh.
Photo de Ziad Medoukh.
  
 
 
 
 
 
 
 
 
Par Tourtaux - Publié dans : Palestine - Communauté : Syndicalisme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 22 août 2014 5 22 /08 /Août /2014 22:47
Hier, 21:28

Tous les camions Kamaz avec l'aide humanitaire russe sont arrivés à Lougansk (autorités)

Tous les camions Kamaz avec l'aide humanitaire russe sont arrivés à Lougansk (autorités)

Par La Voix de la Russie | Tous les camions de la colonne humanitaire russe destinée au Sud-Est de l'Ukraine sont arrivés sur le territoire de Lougansk, a déclaré ce vendredi le porte-parole de l’administration municipale.

 

 

« Le déchargement du convoi a commencé. Ensuite les vivres seront distribués parmi les habitants locaux », a-t-il indiqué sans exclure toutefois qu’une partie d’aide humanitaire sera envoyée à la République populaire autoproclamée de Donetsk.


 http://french.ruvr.ru/news/2014_08_22/Tous-les-camions-Kamaz-avec-laide-humanitaire-russe-sont-arrives-a-Lougansk-autorites-3648/

Par Tourtaux - Publié dans : Ukraine - Communauté : Syndicalisme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 22 août 2014 5 22 /08 /Août /2014 22:35

L'Otan condamne l'entrée du convoi humanitaire russe en Ukraine

Dossier: Aide humanitaire russe pour l'Ukraine

Anders Fogh Rasmussen
19:26 22/08/2014
BRUXELLES, 22 août - RIA Novosti

L'Otan condamne l'entrée du convoi humanitaire russe en Ukraine qui constitue une violation des obligations internationales de la Russie, a déclaré vendredi le secrétaire général de l'Otan Anders Fogh Rasmussen. 

"Je condamne l'entrée du prétendu convoi humanitaire sur le territoire ukrainien sans le consentement des autorités ukrainiennes et en l'absence des représentants du Comité international de la Croix-Rouge (CICR). C'est une violation flagrante des engagements internationaux russes, y compris ceux que la Russie a pris récemment à Berlin et à Genève et une nouvelle violation de la souveraineté de l'Ukraine", a indiqué M.Rasmussen dans un communiqué mis en ligne sur le site de l'Otan.

Le convoi russe comprend 280 camions Kamaz blancs transportant des denrées alimentaires, dont 400 tonnes de céréales, 100 tonnes de sucre, 54 tonnes d'équipements médicaux et de médicaments, 12.000 sacs de couchage et 69 groupes électrogènes de différentes puissances. Les camions, qui ont quitté la région de Moscou le 12 août, ont franchi vendredi la frontière ukrainienne. Les premiers Kamaz sont déjà arrivés à Lougansk, d'après les dirigeants de la république populaire autoproclamée de Lougansk.

Le vice-ministre russe de la Défense Anatoli Antonov a démenti jeudi les déclarations faites par les dirigeants de plusieurs pays européens et de l'Otan et portant sur une possible intervention militaire russe en Ukraine "sous prétexte d'une opération humanitaire". Il a qualifié ces propos de spéculations. Selon M.Antonov, les Kamaz russes transportant l'aide humanitaire ont été inspectés à plusieurs reprises et ces contrôles n'ont révélé rien d'illégal. Il a souligné qu'aucune escorte militaire n'était prévue pour protéger le convoi humanitaire russe sur le territoire ukrainien.

 

Par Tourtaux - Publié dans : Russie - Communauté : Syndicalisme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 22 août 2014 5 22 /08 /Août /2014 22:16
L’armée syrienne frappe Daesh à Tabaka : 140 tués. Les Sukhoï interviennent

 

L’équipe du site

Plus de 140 miliciens takfiris de l’Etat islamique (Daesh) ont été tués dans la nuit de jeudi à vendredi dans une embuscade tendue par l’armée syrienne pour défendre l’aéroport de Tabakat, dernier bastion gouvernemental dans le gouvernorat de Raqqa, conquis presque entièrement par l’EI.

Selon des sources proches de l’armée régulière, celle-ci avait bien préparé son coup en installant un grand nombre d’engins explosifs sur l’entourage de l’aérodrome, avant d’attirer les miliciens vers le piège. Le nombre des assaillants diffère d’un media à l’autre. Selon al-akhbar, il s’élève à près de 300 alors que le correspondant du journal assafir assure qu’ils étaient de l’ordre de 200, dont la moitié des étrangers.  

Comme de coutume, avant l’assaut des insurgés takfiris, deux kamikazes conduisant chacun d’eux une voiture piégée avaient été dépêchés successivement pour ouvrir une brèche vers l’aérodrome. Mais tous deux ont échoué dans leur mission, leurs voitures ayant été détruites avant leur arrivée au rempart de l’aéroport. Le second suicidaire a été identifié comme étant le saoudien Majed Sahim (voir photo à droite). Il était arrêté dans son pays pour des accusations liées au terrorisme et a été relaché pour se rendre en Syrie.

À peine les miliciens dépêchés par Daesh ont lancé l’attaque, à partir de trois axes, rapporte assafir, que les engins explosifs ont été activés, avec l’appui de l’artillerie et des avions de combat.

Parmi les tués de Daesh figurent deux de ses dirigeants : Abou-l-Mathna le Belge, Abou Saïf le britannique et Abou Sarah al-Ansari.

«  L’assaut contre l’aéroport de Tabakat n’a rien de facile, en raison des fortifications qui le protègent et des renforts qui ont été envoyés dernièrement », explique une source syrienne pour assafir. Selon laquelle l’aéroport dispose aussi d’une ceinture sécuritaire de plusieurs kilomètres protégée par l’artillerie et l’aviation syriennes.

« Les avions cargos de type ‘Youchen’ n’ont jamais suspendu leur atterrissage sur l’aéroport, et jamais ils n’ont été menacés, preuve que l’aéroport est encore sécurisée », poursuit-il.    

Selon l’agence officielle syrienne Sana, après avoir fait échouer l’attaque de Daesh, l’armée syrienne est parvenue aussi à libérer la localité voisine de Ojeil.

 

Désinformation de Daesh


Pour leur part, les sites d’infos proches de la milice takfirie se sont lancés dans une campagne pour camoufler la réalité des faits à Tabakat. Pendant la nuit, ils propageaient que leurs miliciens se sont emparés de l’aéroport et se sont mis à le ratisser. Lorsqu’au matin s’est avérée l’inexactitude de leur version, ils continuent à nier les faits et diffusent que les combats se poursuivent dans ses parages.

 

De nouveaux Sukhoïs


Selon le site d’information libanais al-Hadath News, des avions russes de type Sukhoï participent ces derniers temps aux raids aériens lancés par l’armée syrienne contre les repaires de Daesh.
« Ce genre d’avion n’ont jamais été utilisés auparavant... ils ont réalisé des objectifs importants en bombardant des convois importants de Daesh et en lui infligeant des pertes considérables », indique une source sécuritaire syrienne pour le site...

La source a nié l’existence d’un lien entre cette recrudescence des attaques contre Daesh ces derniers temps avec l’entrée en jeu des avions américains en Irak.

«  Cette escalade est liée aux informations qui sont parvenues au commandement de l’armée et selon lesquelles un certain nombre de commandants de Daesh, dont de nombreux étrangers sont arrivés à Raqqa », a-t-il poursuivi.

Certains sites d’informations s’étaient alors alarmés, propageant que des avions américains se sont mis à bombarder des repaires de Daesh en Syrie.
Daesh exécute son responsable des renseignements

 

Daesh exécute un de ses responsables


Selon al-hadath News, citant des comptes Twitter de l’EI, celle-ci a exécuté dernièrement l’un de ses plus hauts responsables, l’accusant d’avoir collaboré avec des renseignements occidentaux.

Ce responsable qui est l’équivalent du chef des renseignements était connu sous l’appellation Abou Oubaïda le marocain. Il a été accusé par l’Instance juridique d’avoir collaboré avec la Grande Bretagne.

Il serait également impliqué dans la mort d’un célèbre dirigeant d’Al-Qaïda,  Abou Khaled al-Souri qui commandait la milice Ahrar al-Cham, l’une des composants de la coalition de milices pro saoudienne le Front Islamique.

Originaire d’Alep, Abou Khaled était très proche de la sphère des dirigeants historiques d’Al-Qaïda, dont Oussama ben Laden, son successeur Ayman al-Zawahiri, sans oublier le fondateur des « jihadistes arabes » en Afghanistan, cheikh Abdallah Azzam. Il a combattu en Afghanistan, en Tchétchénie, puis en Irak aux côtés de Zarkaoui, puis d’Abou Omar al-Baghdadi.

Ayant fondé sa propre milice, « Ahrar al-Cham » qui s’est ralliée ultérieurement à la coalition des milices pro saoudienne le Front Islamique, il avait été chargé par al-Zawahiri en personne pour mettre fin à la guerre impitoyable que se sont livrés les deux frères ennemis d’Al-Qaïda en Syrie, Daesh et le front al-Nosra.

Il a péri le mois de février dernier, dans une violente explosion qui a ravagé son siège dans le quartier al-Halak à Alep.

Sa mort avait été imputée à Daesh, soupçonné d’avoir voulu sa tête pour venger la mort de son numéro deux en Syrie Haji Bakr, (Abou Bakr al-Baghdadi ; ancien général de l’armée irakienne de Saddam Hussein, Samir Abed Mohammad).

Daesh lui en voulait aussi pour sa position en faveur du Nosra dans son désaccord meurtrier avec lui.  D’autant plus que c’est en fonction de sa consultation que Zawahiri l’avait désavoué en Syrie.    

 

 

Avancée sur fond de divergence: la Ghouta en colère contre Allouche


Dans la Ghouta orientale, l’armée syrienne poursuit son avancée depuis qu’elle s’est emparée de Mliha. Elle est parvenue à atteindre l’usine pharmaceutique Talco à Jisrine, la plus grande de Syrie.  Durant l’assaut a été tué un haut officier de l’armée syrienne, le colonel Adnane Omrane qui est le directeur de la direction de défense aérienne.

En même temps, les divergences entre les milices se sont exacerbées sur fond des persécution menées par la milice pro saoudienne Jaïch al-Islam (Armée de l’islam- AI) dirigée par Zahrane Allouche contre les membres de certaines milices, dont la brigade Oum al-Mou’minine et qui ont décidé de déposer les armes et de se rendre aux forces régulières. 31 miliciens ont ainsi été enlevés.

Selon al-Akhbar l’armée a bombardé des sites de l’AI à Douma, Jobar, Der al-Açafir, et khan al-Cheikh, et une quinzaine d’autres repaires des groupuscules armés qui bombardaient le gazoline de la région, tuant une cinquantaine de miliciens.

Il est aussi question dans la ghouta orientale de rassemblements effectués par les habitants et au cours desquels des slogants hostiles à Allouche ont été scandés.

Mais la colères des gens se fait le plus sentir sur Twitter où Allouche est traité de tous les noms. D'aucuns l'accusent d'avoir vendu Mliha au pouvoir syrien et d'avoir touché le prix, surtout que plus de 800 insurgés ont été tués dans les combats contre l'armée. D'autres s'en prennent à ses hommes, accusés de corruption, de vols et d'exactions sur les points de passage qu'ils contrôlent. Il est aussi   

Qadam : le retour des habitants

Au sud de la capitale syrienne, la réconciliation amorcée dans le quartier Qadam est entrée en vigueur permettant aux habitants de rentrer chez eux.
Une source proche des négociations qui ont eu lieu entre les forces gouvernementales et les milices qui combattaient dans le quartier, l’accord stipule un cessez-le feu et l’installation de barrages de l’armée sur toutes les entrées du quartier.

Les noms des miliciens faits prisonniers seront aussi livrés en échange de ceux des soldats enlevés par les miliciens.    
     

 

Source: Divers

22-08-2014 - 14:09 Dernière mise à jour 22-08-2014 - 15:10
Par Tourtaux - Publié dans : Syrie - Communauté : Syndicalisme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 22 août 2014 5 22 /08 /Août /2014 22:14

Gaza: 18 hommes exécutés pour "collaboration" avec Israël

 

L’équipe du site

Dix-huit hommes accusés d'avoir "collaboré" avec Israël ont été exécutés vendredi dans la bande de Gaza, en plein conflit avec l'armée israélienne, a annoncé la télévision du mouvement Hamas qui contrôle le territoire palestinien.
   
Parmi eux, six ont été exécutés en place publique par des hommes portant l'uniforme des Brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du Hamas, ont affirmé des témoins à l'AFP.
   
Ces six exécutions ont eu lieu devant des centaines de fidèles qui sortaient de la prière hebdomadaire du vendredi, devant la plus importante mosquée de la ville.
   
Au moins onze autres hommes ont été abattus par balles près du siège de la police dans le centre-ville de Gaza, selon des témoins et le site Majd proche du Hamas. Un dernier a été exécuté sur une autre place à proximité.
   
Ces exécutions sont intervenues au lendemain de l'élimination de trois commandants de la branche armée du Hamas, tués par une frappe israélienne sur un immeuble à Rafah (sud de la bande de Gaza).
   

Israël, qui passe pour avoir ses informateurs dans la bande de Gaza, était assez renseigné pour mener à bien cette opération.
   
La "résistance a renforcé la lutte sur le terrain contre la collaboration avec l'ennemi qui commet des assassinats", peut-on lire sur le site Majd.
   
Selon Majd, qui cite sans le nommer un haut responsable de la sécurité à Gaza, la "résistance" a procédé aux exécutions après "une procédure judiciaire".

"La résistance n'épargnera aucun collaborateur, tous seront jugés par des tribunaux révolutionnaires et écoperont des peines prévues pour leur crime", dit ce responsable en référence aux tribunaux secrets mis en place par les mouvements palestiniens à Gaza.


Ils ont été condamnés pour avoir fourni des information à l'ennemi israélien sur des lieux de rassemblements, sur les emplacements des tunnels, et des roquettes et les adresses des dirigeants, ce qui a permis à "Israël" de tuer un certain nombre de résistants.

 

SOurces: AFP, Majd

   

   


 

Source: Divers

22-08-2014 - 15:58 Dernière mise à jour 22-08-2014 - 15:58

 

 

Par Tourtaux - Publié dans : Palestine - Communauté : Syndicalisme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 22 août 2014 5 22 /08 /Août /2014 21:30
 
Deuxième phase de l’escalade révolutionnaire pacifique au Yémen

Des protestations populaires contre le gouvernement yéménite ont investi ce vendredi les rues de Sanaa, alors que la population de la province de Saada a également réclamé la chute du gouvernement.

Les manifestants ont condamné l’intervention étrangère au Yémen, insistant sur l’unité du peuple. Ils ont par ailleurs dénoncé la corruption dans le pays et la politique économique du gouvernement, notamment la hausse du pétrole. 

Les protestataires ont réclamé du président Abd Rabbo Mansour de prendre parti avec leurs demandes, dénonçant ses propos dans lesquels il s’en est pris au mouvement de protestation.

Jeudi, le président yéménite a appelé les forces armées à redoubler de vigilance à l'occasion de cette manifestation dont le chef d'Ansaruallah, Abdel Malek al-Houthi a garanti qu'elle serait "forte et efficace, tout en étant pacifique". 

"Nous ne resterons pas les bras croisés (...) si les forces armées attaquent des manifestants", a-t-il néanmoins averti.

Cette manifestation doit marquer le début "de la deuxième phase de l'escalade révolutionnaire pacifique", selon al-Houthi dont des milliers de partisans armés ont consolidé leurs positions autour de Sanaa mercredi.

Al-Houthi a indiqué que le mouvement pacifique se poursuivra de toute force et par tous les moyens légitimes jusqu’à ce que les revendications du peuple soient réalisées.

Il a mis en garde l’autorité contre toute attaque contre les manifestants et le recours à la force contre eux. Et d’assurer que le mouvement n’est pas confessionnel, mais concerne toute la population du Yémen.

Source: traduit du site alalam+AFP

Source: Sites web

22-08-2014 - 16:39 Dernière mise à jour 22-08-2014 - 16:40

 

 

Par Tourtaux - Publié dans : L'Asie en lutte - Communauté : Syndicalisme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 22 août 2014 5 22 /08 /Août /2014 21:06
 
Les dessous de l’affaire des militaires libanais enlevés à Ersal..

 

L’équipe du site



Dans un pays , tel que le Liban , où la présence d’un Etat en bon et du forme fait défaut, où les ingérences étrangères font hélas partie de la culture politique du pays, la souveraineté voire la dignité d’un peuple sont  menacées..

En effet, la seule institution étatique qui puisse encore se prévaloir d’être la véritable garante de la souveraineté et de l’unité du Liban, soit  l’institution militaire, subit de plein fouet des « revers » à travers l’affaire des soldats enlevés à Ersal par les takfiris du front alNosra et de Daesh..

Pour la quatrième semaine consécutive, le sort de ces prisonniers de la bataille d’Ersal dont les noms, les numéros et les photographies sont inconnus,  reste sombre suscitant de nombreuses questions auxquelles le gouvernement libanais dédaigne de répondre..

Parmi ces questions que se pose le quotidien asSafir , le scandale de ce groupe de soldats militaires  qui ont décidé de fuir leur localité au moment où  la bataille s’est déclenchée et ont rejoint les rangs d’alNosra.. D’abord pourquoi cette unité avait une seule couleur communautaire? ET pourquoi l’armée libanaise n’a pas révélé  l'identité des déserteurs de l'armée ou bien s’attend-elle à ce que les groupes takfiris révèlent leur identité à travers un enregistrement vidéo ??

Ensuite, est-ce que  le commandement militaire a pris suffisamment de mesures pour protéger les militaires et empêcher l'effondrement de leurs positions durant les premières heures de la bataille , et pourquoi les soldats de l'armée sont restés de dix heures du matin jusqu'à quatre heures du soir, sans renfort pire, aucune mesure immédiate n’a été prise afin de les libérer de l’étau ou  au moins d'assurer un canal de retrait ??

Au niveau sécuritaire, comment se fait-il qu’un homme comme   Imad Jomaa , un des symbole des takfiris, puisse se déplacer  si aisément , pendant deux ans , à travers six points dans la région de Ersal sans être contrôlé ou arrêté ??

Et si les aveux de Jomaa selon lesquelles les  groupes takfiris  avaient  l'intention d'occuper la ceinture s'étendant de Ersal jusqu’à la  plage de Akkar, pourquoi ils ont décidé de se retirer soudainement ? Quelle partie régionale ou locale est intervenue pour imposer ce retrait ?  Quel est le rôle de certains organismes et personnalités politiques dans le règlement humiliant obtenu au détriment de l'armée?

Justement, concernant la médiation dans les négociations pour la libération des soldats libanais, pourquoi a-t-on permis à l’Association des oulémas musulmans,  connue pour son animosité envers  l'institution militaire à  diverses occasions, d’être le contact avec les  groupes terroristes ?

Enfin, pourquoi  garde-t-on ouvert le passage d’alHosn  face aux  groupes armés qui se déplacent de Ersal vers les territoires montagneuses et ce quotidiennement et sous les yeux des   points de contrôle de l'armée libanaise?

Autant de questions qui donnent l’impression que  cette affaire non seulement n’est plus entre les mains de l’armée libanaise mais son issue dépend plus de  facteurs régionaux la compliquant encore plus ...

En effet..


AlNosra et Daesh haussent le ton ..

Selon le quotidien libanais alAkhbar ,  les militaires libanais et les dignitaires de l’Assemblée ont passé une nuit  difficile à négocier hier:   le front alNosra a décidé de hausser le ton  dénonçant «  les  négociateurs de ne pas  respecter la réalisation des termes convenus».

Et dans le jargon takfiri, hausser le ton signifie recourir à la violence.

Selon les informations reçues par des sources proches des ravisseurs et des médiateurs, alNosra compte diffuser une video dans laquelle deux  soldats libanais exhorteront  l'Etat à répondre à leurs  demandes sinon un soldat sera exécuté toutes les 48 heures.

Si le gouvernement accepte leurs conditions, les exécutions cesseront.

 Toujours selon ces sources, «alNosra dispose d’informations selon lesquelles ce retard dans  les négociations de la part du gouvernement n’est pas un hasard, car il s’agit de préparer le Hezbollah à une bataille pour éradiquer alNosra de la région de  Qalamoun».

 L'escalade a atteint son apogée durant la nuit quand alNosra a chassé  les membres de l’Association des oulémas musulmans d’Ersal, «parce que l’Association  nous a trahis», a déclaré l’Emir d’alNosra  de Qalamoun,  Abu Malik Talli.

Dans ce contexte, des sources affirment  que «  le commandement d’alNosra a exprimé son ras-le-bol de la façon que traite avec lui le gouvernement libanais affirmant : assez, c'est assez. Nous avons remis à la  délégation des soldats. Ensuite, nous leur avons donné encore et encore, puis nous avons remis à Cheikh Moustafa plusieurs militaires sans échange. Tous les militaires que nous avons remis en liberté sont  un signe de bonne volonté de notre part et de bonnes intentions. Paradoxalement,  l'État libanais ne nous a rien offert».

Concernant, Daesh  des sources proches ont rapporté à alAkhbar  «que Daesh cherche à gagner du temps, afin d'apporter plus de renforts à Ersal. Et donc, il n'a  aucune  intention sérieuse de négocier».

Dans ce contexte, les ravisseurs takfiris ont exprimé qu’ils  n'ont pas confiance en l’Assemblée.  Ils ont par contre «entière confiance en Cheikh Salem Al-Rafii, qui s’est replié sur lui-même après sa blessure».



Pays du Golfe embarrassés..

Et pour cause..

Il faut revenir cinq mois avant la bataille d’Ersal quand cette dernière se préparait à une bataille sans merci contre le Hezbollah, alors que des centaines  d’hommes armés ne cessaient d’affluer dans la commune.

 Durant cette période,  l'armée libanaise n’est pas restée les bras croisés.

Selon le site d'informations Slabnews, l'armée a poursuivi des suspects, en a arrêté d’autres, mais surtout  elle a remarqué  les visites successives du fils de l'un des chefs des services de renseignements du Golfe, en moyenne une fois par mois, un  prince connu sous les initiales M. Ben B.

Ce dernier se rendait à Ersal pour se diriger vers ses montagnes, avec en sa possession une valise remplit de dollars, il se réunissait  avec les dirigeants des islamistes, puis se rendait de nouveau à Beyrouth via Ersal et quitter  de l’aéroport international de Beyrouth.


L’Armée libanaise a surveillé ce personnage pour l’arrêter  en Août à  d'un des barrages routiers aux entrées de Ersal, quand il a montré sa carte diplomatique de l'ambassade l’un des pays du Golfe, et des  valises pleines d'argent.

Le Prince M. Ben B. a été conduit dans une caserne de l'armée dans la région pour subir un interrogatoire,  les islamistes ont su que l’homme  qui détient  leur salaire mensuel est fait prisonnier par l'armée. A ce moment,  Imad Jomaa se dirige vers la caserne.

Arrivé à la caserne, Jomaa exige de rencontrer le commandant en chef de la caserne  qui l’accueille dans son bureau.. Durant cette réunion, Jomaa menace  l'armée libanaise d’incendier la caserne si elle refuse de relâcher le Prince M.B.b. Réaction du commandant de la caserne : il ordonne  son arrestation.

Ses « frères » islamistes ont alors décidé d’attaquer la caserne afin de libérer et Jomaa et le prince.. Sauf qu’ils ont été surpris de constater qu’ils ne se trouvaient pas dans la caserne. En effet, ils avaient été transférer 30 minutes avant le déclenchement de la bataille, vers le ministère de la Défense à Yarzeh.

Quelques jours aprés le déclenchement de la bataille, l’ex- président de la République a rendu visite  au commandant en chef des forces armées au ministère de la Défense et lui a demandé  de libérer le prince. Mais le général  Kahwagi a refusé catégoriquement. L'homme a retransmis la réponse à ceux qui lui avaient assigné une telle mission.

L'après-midi du même jour, l’ex-premier ministre Saad Hariri annonce le don d'un milliard de dollars. Pas moins de 48 heures Hariri apparait  cette fois à Beyrouth, au centre-ville où il rend visite à la tombe de son père, puis au Grand Sérail, puis dans sa demeure dans le centre de Beyrouth.

On imagine bien la surprise des Libanais de voir cet homme, dont  la sécurité est menacée revenir dans son pays après trois années d’absence , et ce en dépit de l'existence de menaces sur sa vie.

Hariri effectue une série de réunions publiques et non-publiques avec des responsables politiques, ce qui a provoqué une pression considérable sur la direction de l'armée pour libérer le Prince en question..

Source: Médias

22-08-2014 - 16:39 Dernière mise à jour 22-08-2014 - 16:39

 

 

Par Tourtaux - Publié dans : LIBAN - Communauté : Syndicalisme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 22 août 2014 5 22 /08 /Août /2014 20:52
 
Mohammad Deif, ce dirigeant militaire paralysé du Hamas qui irrite Israël

 Mohammad Deif, commandant des brigades Ezzedine el-Qassam, branche armée du Hamas, a échappé à cinq tentatives d’assassinat israéliennes. Pour Tel Aviv, il s’agit d’un ennemi dangereux.

Sa deuxième femme, Widad, (27 ans), et son bébé âgé de sept mois, sont tombés en martyre mercredi soir dans un raid aérien israéliencontre une maison dans le quartier cheikh Radwane dans la ville de Gaza.

Deif s’est marié avec Widad il y a sept ans. Ils ont deux autres filles alors que Widad avait deux autres enfants d’un mariage précédent.

 Mohammad Dyab Ibrahim el-Masri, alias Mohammad Deif, est né en 1965 dans une famille palestinienne réfugiée qui fut obligée de quitter son village « Qobeybeh » en Palestine occupée en 1948. Sa famille, très pauvre, s’est installée en premier lieu dans un camp de réfugiés palestiniens avant de s’établir dans le camp de Khan Younes au sud de la Bande de Gaza.

La condition économique de sa famille l’oblige de travailler dès son jeune âge dans plusieurs métiers pour aider son père, le couturier.

Pendant plus de 20 ans, Deif a planifié de grandes opérations militaires contre l’Entité sioniste. Enlèvement de soldats, opérations martyres, ainsi que le lancement de roquettes et le creusement de tunnels. Il est devenu commandant des brigades al-Qassam en 2002 après l’assassinat de l’ex-commandant Salah Chehadé dans un raid israélien.

Diplômé en biologie à l’université islamique à Gaza, il adopte la pensée du Hamas au début des années 80.

Il a été arrêté par l’Autorité palestinienne à Ramallah en mai 2000, mais il est parvenu à prendre la fuite avec le début de la deuxième intifada.

Ayant échappé à cinq tentatives d’assassinat israéliennes, il a été blessé à l’œil et aux pieds. En septembre 2002, il a survécu à un raid israélien contre sa voiture dans la région de cheikh Radwane au nord de Gaza.

Selon des sites d’information palestiniens, cette blessure l’a rendu « paralysé », mais cette information n’a jamais été confirmée. Une seule photo a été prise de Mohammad Deif il y a 20 ans. Il était maigre et non barbu.

Un responsable du Hamas sous couvert de l’anonymat a assuré que Deif n’utilise aucun moyen de télécommunication moderne, et « agit en grande discrétion. Il vit toujours en état de vigilance et est très intelligent ».

Il est appelé Deif (ou hôte) parce qu’il ne « demeure pas dans un seul endroit pour longtemps », indique la même source du Hamas.

 « Il était créatif dans le domaine théâtral et artistique, et très actif dans le volontariat et le service des pauvres élèves. C’est un jeune timide, humble. Il aime l’action caritative et adore le travail militaire depuis son adolescence », ajoute-t-on.

Ce cadre du Hamas a été arrêté pour la première fois en 1989 avec des centaines de membres et de commandants du Hamas. Il est resté 16 mois en détention administrative sans procès.

Il a pris à sa charge d’aider Ahmad Jaabari dans la direction des opérations des brigades al-Qassam. Israël a liquidé Jaabari le 14 novembre au début de l’offensive israélienne contre la Bande de Gaza en 2012. 

Le haut dirigeant du Hamas a également révélé que suite au martyre de Jaabari, un commandant exécutif dans l’action militaire, de nouvelles mesures touchant la structure des brigades al-Qassam ont été prises par Deif, mais ces mesures sont « top secret ».

Traduit du site alalam

Source: Sites web

22-08-2014 - 18:55 Dernière mise à jour 22-08-2014 - 18:55

 

 

Par Tourtaux - Publié dans : Palestine - Communauté : Syndicalisme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 22 août 2014 5 22 /08 /Août /2014 20:36

 

Action BDS 19 08 2014, Carrefour Grand Littoral

 

 

 

CAPJPO-EuroPalestine

 

Par Tourtaux - Publié dans : Palestine - Communauté : Syndicalisme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 22 août 2014 5 22 /08 /Août /2014 20:20
Cher-e-s camarades,


 

Prenant acte du fait qu’il n’était pas prévu de stand commun des artisans des Assises à la fête de l’Huma, Rouge Midi a finalement décidé de se donner les moyens de tenir un stand avec deux initiatives :

 

- Une autour des questions luttes syndicales, transformation sociale et engagement politique

 

- Une autre autour de l’appel (re)construire en souhaitant en faire une rencontre nationale des signataires et évidemment une collecte de signatures, afin de nous rencontrer et développer notre démarche, qui a rassemblé plus de 550 signataires issus de tous les départements.

Pour continuer la diffusion :

 http://www.rougemidi.org/spip.php?article8478

 

Programme définitif

 

vendredi 12 

 18h: inauguration du stand et de l'exposition 1336 jours de lutte des Fralibs. animation musicale

samedi 13 

 12h: animation musicale
 16h: débat : luttes, transformation sociale et engagement politique : débat animé par des syndicalistes : fralib, chimie, services publics....
18h : animation musicale

Dimanche 14 :

11h rencontre nationale des signataires de l'appel (re)construire
12h 30 animation musicale

les 3 jours vente sur le stand des produits des Fralib

 

TEXTE DE L'APPEL

 Les élections qui viennent de se tenir montrent que la non prise en compte des questions d’emploi, de salaire, de protection sociale, de logement et l’absence d’un parti révolutionnaire conduisent le monde du travail, au découragement, au désespoir ou à se tromper de colère.
Dans les quartiers populaires force est de constater qu’il y a correspondance entre chômage, abstention et vote FN.

La droite et son extrême gagnent surtout par défaut de perspective politique ouverte par un mouvement progressiste.
Les résultats électoraux du PCF et du Front de gauche sont plombés par leur impossibilité à se défaire d’accords avec un PS de plus en plus ouvertement réactionnaire.

Plus que jamais une organisation révolutionnaire en prise avec les luttes dans les entreprises et les quartiers populaires et détachée de tout électoralisme doit émerger. C’est de notre responsabilité à chacun de nous,

- Nous qui ne croyons pas que le capitalisme soit aménageable,
- Nous qui ne voulons pas de compromission avec la social-démocratie
- Nous qui ne confondons pas mondialisme et internationalisme
- Nous qui ne voulons pas de cette alliance ouest-européenne nouvelle puissance impérialiste.
- Nous qui voulons que les plus exploités, les plus précaires, les chômeurs, les discriminé-e-s, ne laissent à personne d’autres qu’à eux-mêmes la prise en main de la lutte pour leur émancipation.

Nous affirmons qu’à l’image de ce qu’essaient de construire les peuples d’Amérique du Sud nous pouvons nous aussi sortir de l’Union Européenne et de l’euro pour construire d’autres coopérations internationales.

Nous affirmons qu’il est temps que celles ceux qui veulent inventer le socialisme du 21ème siècle se rassemblent quels que soient par ailleurs les engagements qu’ils peuvent avoir.

Si nous laissons faire c’est l’obscurantisme, la réaction et même le fascisme qui gagneront.

La transformation de la société passera par chacun de nous ou ne sera pas. Nous ne pouvons pas nous défiler, remettre au lendemain ou nous décourager devant l’ampleur de la tâche.

Assumons nos responsabilités, dans toute la France, prenons notre place dans la (re)construction de l’organisation révolutionnaire dont le pays a besoin.

Rassemblons-nous !

Par Tourtaux - Publié dans : Lutte des classes - Communauté : Syndicalisme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

catégories

Créer un Blog

Liens

Moteur de recherche 1789

Loading

Recherche

Calendrier

Août 2014
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
             
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés